Modes de chasse

 

  Par Jean Michel

    Affût

             
    Affût au brocard

        Je monte sur mon  affût sans aucun bruit des fois que ? ?
        Prêt,  je suis prêt, il peut venir quand il veut...

        6 h55, rien à droite rien à gauche, ah si un moustique qui est en train de se gaver
        sur ma main droite.
        De la main gauche je le chasse d'un mouvement rapide et là ......  mes yeux se posent
        sur son regard. …..
        Il est là, 16 m sous moi ! Je ne l'ai pas entendu arriver mais il est bel  et bien là ;
        le plus inquiétant c'est qu'il me regarde dans les yeux !
        IL est magnifique, mais je sais bien qu'il m'a repéré et que pour cette fois
        c'est foutu mais sait-on jamais ? 

        Je ne bouge pas, lui non plus  ses yeux sont rivés sur moi. . . Il a bougé, trois bonds  il est hors de portée,
        mais il vient de s'arrêter.
        Il m'a vu mais n'a pas eu la confirmation de l'humain. Je sais à ce moment précis ce qu'il va faire et ça ne loupe pas.

        Il me contourne pour prendre le vent et par là s'assurer que c'est un homme dans l'arbre, mais j'ai anticipé et je suis armé,
        je vise la sortie d'un grand houx c'est l'endroit où il devrait rentrer dans le vent. Je le vois, il arrive dans le grand houx
        22/24 m c'est bon, le tout c'est qu'il passe derrière et qu'il fasse 1 m à découvert.

        Le voilà, il est derrière le houx, trop tard, il m'a reniflé et il vient de détaler.

        Il manquait 2 m. Voila déçu, grillé, c'est foutu !

        Bon je n'ai plus qu'à tout recommencer.

        Démonter mon Tree stand, "que je venais de monter" et le réinstaller ailleurs où il ne se méfiera pas.

          De toute façon, je vais le laisser m'oublier un peu ;  bien qu'il ne m'ait pas aboyé mais quand même.....

          Il faut 1 gagnant et 1 perdant, il a gagné cette fois ci . . .

                   





    Approche

Cliquez pour agrandir l'image
  Les plaisirs de l'approche du brocard

  Tout d'abord, je m'intègre au milieu, en fait j'essaie de me mettre
  à sa place, je m'efforce de deviner où je serais si j'étais lui,
  ce que je ferais .
                 
Je me fonds dans la masse et j'évolue tout doucement jusqu'à ..........
çà y est,  je l'ai aperçu, il est loin,  mais c'est tant mieux,
car c'est moi qui l'ai vu le premier .
                     
Maintenant le jeu peut commencer, jusqu'à 50/60 m çà va,
c'est relativement facile, c'est maintenant qu'il faut ruser.
               
        Chacun de mes mouvements sera commandé par l'animal.

        Tant que l'orientation de ses yeux peut détecter un mouvement dans mon secteur, je ne bouge pas.
        Dès que je quitte son champ de vision, j'avance d'un ou deux pas, plus si possible.

        Les derniers mètres sont les plus palpitants, car la proximité fait que l'on voit même les mouches le taquiner et surtout
        on entend tout.
        En fait c'est là,  et bien à ce moment précis, que le  cœur s'emballe et curieusement c'est à ce même moment qu'il faut
        armer au BON moment.
        Après ce n'est que du tir, le plus dur ayant été fait.

          Non pas que le tir soit facile, loin de là, surtout avec la pression du stess, mais c'est bien de cette  approche palpitante
          que je garderai le meilleur souvenir.

          Le tir
        Une fois armé, le tout est de se calmer et de retrouver toute sa sérénité pour que le tir ne soit pas altéré.
        Ensuite dès que l'animal présente un beau 3/4 ou un beau profil, bien respirer, caler sa visée et dès que tout concorde
        lâcher la flèche sans plus réfléchir.
        Il faut qu'elle parte quasiment d'elle même. C'est un mouvement d'instinct qui doit être fait en toute fluidité et sans à coups.

           
  

    Poussée silencieuse


        Variante de la battue, elle se développe dans un souci de meilleure gestion.
        Lors d'une poussée silencieuse, les traqueurs avancent sans bruit excessif. Les animaux sont dérangés
        mais ne sont pas pourchassés.
        Ils se présentent devant les chasseurs à l'arc postés sans être en fuite, ce qui permet de bien les identifier pour mieux
        choisir les animaux "récoltés".

                 
Cliquez pour agrandir l'image
           

        Ah ! la poussée silencieuse........

        En fait il s'agit d'une variante conciliant certains avantages de l'affût et de l'approche tout en privilégiant la convivialité
        et les coutumes.
        Tout d'abord r.d.v à la cabane de chasse au petit matin, moment crucial de la journée car c'est là que tout va se mettre sur rail.
        Pour commencer, le café et les croissants ou du plus consistant pour certain ! ..... Suivis de quelques blagues avec les copains
        qui engendreront quelques rires au milieu des, qui reprend du café ? Un croissant peut être ? etc....

        Toute cette bonne humeur sera stoppée net par les énoncées des consignes de sécurité, puis distribution des brassards
        et casquettes fluo et inscription sur le carnet de battue.
        Ensuite c'est le grand départ vers la chasse, la chasse ou en principe on voit le plus d'animaux.

        Celle- ci consiste :
        D'un part, un ou deux traqueurs avec un chien de plume (genre labrador ou épagneul) ou sans chien peu importe.
        Ceux ci partiront pousser dans le sens du vent quand les postés eux s'installeront à bon vent pour encercler la zone chassée.
        Les traqueurs poussent silencieusement (comme des chercheurs de champignons par ex.) et non comme dans une battue à la carabine,
        car le but est de lever les animaux, mais surtout sans les affoler de manière à ce que ceux ci passent devant les archers
        au pas pour éventuellement déclencher un tir.

        Cette chasse est doublement passionnante :
        Elle allie efficacité et convivialité , car il faut le reconnaître une  poussée silencieuse bien organisée donne régulièrement de bons
        résultats et en principe tous, ou un grand nombre, d'archers voient des animaux.
        Généralement à 11h30 la chasse est stoppée, r.d.v à la cabane pour un bon petit apéro entre amis et le repas partagé.
        Le repas partagé est tout simplement le fait que chacun porte quelque chose de liquide ou de solide et le pose sur la table
        ou tout le monde se sert.


                                                                               
Modes de chasse

Copyright © 2010. Tous droits réservés. 
                          
Contactez l'auteur:  acabb@orange.fr                             Mise à jour 
samedi 18 août 2018